Contenu

Stop aux idées reçues : déclarer son handicap

Je ne vois pas l’intérêt de déclarer mon handicap.
Aujourd’hui, je n’ai besoin de rien.
90 % des Travailleurs Handicapés compensent naturellement leur handicap sans accompagnement spécifique.
Les démarches d’obtention de la reconnaissance de handicap prennent du temps et l’aménagement du poste de travail est souvent conditionné à l’obtention de la RQTH. Déclarer son handicap lorsque l’on n’a pas de besoin particulier, c’est se laisser la possibilité d’actionner, le moment venu, le dispositif d’aménagement des conditions de travail.

Si je déclare mon handicap, je serai déclaré inapte.
Au contraire ! L’un des principaux enjeux des politiques de maintien dans l’emploi est d’éviter l’inaptitude des personnes concernées... Dans les cas extrêmement rares où l’inaptitude est prononcée, des dispositifs de reconversion professionnelle existent. Ils peuvent être actionnés par l’administration.

Un travailleur handicapé se déplace en fauteuil roulant
La personne en fauteuil roulant symbolise les personnes handicapées. Pourtant, le fauteuil roulant n’est utilisé que par moins de 5% des travailleurs handicapés.

Le champ du handicap est bien plus large qu’on ne l’imagine. 85 % des handicaps sont invisibles : la déficience visuelle, la déficience auditive, les maladies cardiaques, l’asthme, la dépression, les maladies évolutives... peuvent être reconnus comme autant de situations de handicap.