Contenu

« Mon collègue est sourd/malentendant. Comment me comporter ? »

L’insertion d’une personne en déficience auditive au sein d’une structure peut s’avérer délicate. Il faut en effet bien tenir compte des particularités de son handicap et des adaptations nécessaires pour lui permettre d’exploiter ses compétences. C’est un objectif du Guide du recrutement des agents en situation de handicap.

La déficience auditive est un handicap de communication et d’accès à l’information. On distinguera la personne sourde de la personne malentendante. Lorsque la surdité survient tôt, elle peut altérer la voix. La personne doit alors compenser sa déficience avec ses facultés olfactive, tactile et visuelle. Au contraire, si la surdité intervient plus tard dans la vie, l’agent en situation de handicap sollicite ses restes auditifs et ses éléments de culture.

Communiquer et se comprendre autrement
La langue des signes française -reconnue comme une langue à part entière d’après la loi n°2005-102 du 11 février 2005- et la lecture sur les lèvres, lecture labiale, sont deux moyens permettant aux personnes déficientes d’avoir une appréhension claire de l’information. En environnement professionnel, il est possible de faire appel à un interprète en langue des signes pour faciliter la communication entre l’agent sourd et la communauté de travail.

D’autres moyens peuvent favoriser la compréhension et la transmission d’un message : la prise de notes, les signaux sonores et lumineux, les plans etc.
L’utilisation d’un appareillage (prothèses auditives) permet aussi à la personne sourde de disposer partiellement de l’information selon ses capacités.

Difficilement perceptible

Il est bon d’écrire son nom pour se présenter car les noms propres sont difficilement perceptibles lors de la lecture labiale. Il est nécessaire de s’adresser de face en prenant soin de bien articuler et de s’assurer auprès de l’interlocuteur en situation de handicap que le propos ait bien été compris. Une table ronde lors des réunions est préférable, ainsi qu’un lieu calme pour que le port de l’appareillage soit confortable puis un espace éclairé pour optimiser la lecture labiale.

Enfin, dans le cadre de travaux groupés, il est important de tenir informé l’agent sourd ou malentendant des éléments qui lui permettront de communiquer et de s’exprimer sur l’objet de travail avec l’ensemble de l’équipe. On veillera à ne pas l’exclure de l’information et à valoriser ses compétences et ses capacités.

*Guide du recrutement, de l’accueil et du maintien dans l’emploi des agents en situation de handicap au ministère chargé de l’agriculture, mars 2016