Contenu

Insertion des personnes handicapées : signature d’une convention avec le FIPHFP

Le 15 septembre dernier, le ministère a signé sa troisième convention triennale avec le fonds pour l’insertion pour les personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP). L’aboutissement des travaux réalisés notamment lors du réunions du CHSCT Ministériel et du groupe de suivi du plan Handi-Cap 2017-2019.

Une trentaine de personnes assistaient à la cérémonie de signature de la convention avec FIPHFP, destinée à la prise en charge financière des aides techniques et humaines apportées aux agents du MAA en situation de handicap.

Un temps fort dans la vie de l’administration, introduit par le témoignages de trois agents issus de l’administration centrale, d’une direction régionale et de l’enseignement technique agricole, qui ont chacun tenu à remercier le BASS pour leur soutien dans leurs démarches.


Olivier Muller, IAE à la DGAL, est atteint d’une sclérose en plaques. Il fait notamment face à des problèmes d’équilibre et de mémoire. Il a développé un répertoire de questions-réponses sur plus de 1000 sujets pour faciliter les échanges avec ses collègues. Il se dit heureux de vivre et ne se plaint jamais, conscient que d’autres personnes atteintes de la même maladie que lui n’ont pas la chance de pouvoir travailler.

Sabrina Grégoire est maquettiste PAO - rédactrice au SRISE de la DRIAAF à Cachan. Elle exerce son activité en partie en télétravail . Le MAA prend en charge son transport domicile-travail.Toujours souriante, d’un enthousiasme à toute épreuve, elle s’est confiée sur le passage du statut de personne valide à celui de personne handicapée. Elle a tenu à saluer ses collègues pour leur empathie et leur bienveillance, compte tenu de ses difficultés.

Mostafa Faddaoui
est professeur d’anglais au lycée agricole de Brie Comte Robert et travaille à mi-temps. Non-voyant, Il bénéficie d’une auxiliaire de vie pour la conduite de ses cours, et de la prise en charge par le MAA de son transport domicile-travail. Son handicap est pour lui un combat au quotidien. Il a fait preuve d’une grande détermination et de beaucoup de persévérance pour s’intégrer sur le plan professionnel.

 

Les objectifs de cette convention

  • La poursuite de la campagne de communication initiée par le MAA en 2016 pour renverser tabous et préjugés intitulée "Situation de handicap : fiez-vous aux compétences !". Cette action de sensibilisation intègre notamment le déploiement d’un réseau d’"ambassadeurs handicap et compétences" (35 actuellement), dotés d’outils d’animation.
  • Le maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap et la diversification des niveaux de recrutement, tant dans les métiers que dans les catégories statutaires (A, B, C). Concrètement, il s’agira de recruter 98 agents handicapés, dont 6 apprentis.

Le taux d’emploi du ministère est de 4,83 %. Ce taux est globalement encore inférieur à l’objectif de 6 % mais une analyse plus fine met en évidence que 2 des 4 programmes budgétaires pilotés par le MAA sont proches des 6 % (215) , voire dépasse l’objectif (206).

Le programme 215 « Conduite et pilotage des politiques de l’agriculture » porte les effectifs de l’administration centrale , des DRAAF (hors SRAL) et des DdcsPP.
Le programme 206 « Sécurité et qualité sanitaire de l’alimentation »porte les effectifs des DdcsPP et des SRAL.

Bien évidemment, la concrétisation de cette convention va s’opérer dans le cadre d’une concertation, toujours constructive, avec les partenaires sociaux du ministère. Les instances représentatives des personnels ont un rôle majeur à jouer dans cette politique en faveur de l’emploi et de l’insertion des agents en situation de handicap.

 

Le saviez-vous ?

La Convention des Nations Unies définit la notion de handicap comme étant "l’interaction entre les personnes présentant des incapacités et les barrières comportementales et environnementales qui font obstacles à leur pleine et entière participation à la société,sur la base de l’égalité avec les autres."
Il faut donc que nous changions collectivement notre regard sur les besoins spécifiques des agents en situation de handicap pour faire évoluer nos comportement à leur égard.

 

Le FIPHFP, qu’est-ce que c’est ?

Le fonds pour l’insertion pour les personnes handicapées dans la fonction publique a été créé par la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. C’est un catalyseur de l’action publique en matière d’emploi des personnes en situation de handicap. Sa mission : inciter les employeurs à favoriser le recrutement, l’accompagnement et le maintien dans l’emploi au sein des trois fonctions publiques. Les moyens de cette dynamique : des financements et des partenariats pour mettre en œuvre des politiques d’inclusion professionnelle ambitieuses et contribuer au changement de regard sur le handicap.

"Notre rôle, c’est d’abord de permettre le maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap, au moment où survient le handicap et tout au long de leur carrière", précise Marc Desjardins, le directeur du FIPHFP. "C’est aussi de favoriser le recrutement de ces personnes et leur formation pour qu’elles puissent utiliser, par exemple, les dispositifs techniques qui leur permettront de travailler. Mais il s’agit aussi de former leur entourage professionnel, puisque la manière dont les personnes handicapées sont accueillies par ce collectif est tout à fait essentielle à leur bien-être et à leur épanouissement au travail".

Chiffres-clés
1481 agents handicapés(et assimilés) travaillent au MAA (soit 4,83% des effectifs)
2 millions d’euros : c’est le montant prévu par cette convention MAA/FIPHFP pour la période 2017-2019, dont une participation à hauteur de 1,2 million d’euros du FIPHFP.

 
 

A voir aussi
L’article paru sur le site du FIPHFP